téléphone

+33 752 12 2623

Email

vdbeadeschamps@gmail.com

Horraires :

Mer : 6-8 PM, Jeu, Sam : 3 - 7PM, Ven,Dim : 8AM-7PM

Les propriétés du Cannabis Sativa ont principalement été mises en avant durant la période médiévale. La plante peut être administrée selon 13 dosages différents et dans 29 types de conditions pathologiques.

Cette plante est en réalité endémique à la Perse et l’Asie centrale. On la trouve également dans le nord est de l’Inde, Uttar Pradesh, Bengal et Bihar. Dans les temps anciens, elle servait à fabriquer des cordes et des vêtements en tissu très grossier, par la suite ses propriétés exaltantes ont été découvertes par les Perses.

Il faut reconnaître que la libre circulation de ce narcotique puissant a participé à la destruction de la santé des gens mais a aussi donné lieu à des activités criminelles. Pour cette raison le gouvernement indien a imposé un monopole aussi, un individu possédant cette substance peut être punit d’emprisonnement. Elle est également toujours illégale en France.

C’est en raison de ses deux aspects narcotiques et addictifs que son utilisation est restreinte.

Il existe selon les textes trois principales formes :

  • Ganja les fleurs situées sur les têtes, branches et petites branches de la plante femelle qui sont utilisées pour fumer.
  • Bhanga les feuilles sèches et les fleurs femelles, écrasées elles sont mélangées avec de l’eau ou du lait et du sucre et s’utilisent comme un sirop.
  • Caras la résine des feuilles de la plante obtenue par pression des feuilles cette resine roulée se fume également.

Le haschisch commun consiste en une préparation à base de fleurs d’épines t de feuilles, utilisées pour fumer et pour boire.

En petites quantités toutes ces préparations ont un effet antispasmodique, analgésique, stomachique, sédatif, et accompagnée d’un effet narcotique. A des doses modérées, elles procurent un effet exaltant et c’est un puissant aphrodisiaque au début pour devenir un puissant sédatif ensuite. Ces substances sont aussi addictives et consommées en quantités importantes produisant une exaltation mentale, une intoxication, une conscience qui se dédouble, la délusion, la dépression, une perte de mémoire, l’émaciation, et l’infertilité à terme.

Chimiquement, la résine extraite de la plante est connue sous le nom de cannabinol.

Décrite dans les textes Ayurvediques anciens, elle équilibre kapha dosha, est amère en goût, augmente le feu dans le corps en raison de sa qualité pénétrante ainsi que son énergie chauffante. Elle provoque la confusion de l’esprit, l’intoxication du mental ainsi qu’une volubilité importante. De plus,  elle renforce le feu digestif.

Les graines, elles sont cohésives par nature et permettent de contrôler vomissements et diarrhées.

Les synonymes qui lui sont donnés tels que Vijaya traduisent son action spécifique sur le CNS sous la forme d’un état de délire, d ‘euphorie ou d’hallucinations. Ainsi on peu déduire les actions pharmaceutiques grâce aux synonymes qui lui ont été donné : tandrakrita celle qui provoque la torpeur, jaya, la victoire, la substance narcotique, bhanga qui signifie perturbation, explosion.

Quelques indications : elle absorbe les fluides, de nature constipante, induit le sommeil, favorise la capacité reproductrice à faible dose, renforce le GIT, diurétique, améliore la condition tétanique, diminue les coliques gastriques, antalgique.

Quelques usages médicinaux :

Les otalgies, maux de tête, rhumes et asthme, syndrome de l’intestin irritable, les douleurs abdominales, les indigestions, les diarrhées, les hémorroïdes, le cholera, la malaria.

Ses propriétés ont une action sur l’insomnie, le glaucome, les insomnies, l’anxiété, la dépression, l’épilepsie, les douleurs.

Cette plante est utilisée dans 191 formules effectives et dans des conditions telles que le syndrome de malabsorption, les fièvres, les diarrhées, une digestion ralentie, les dyspepsies, les désordres urinaires, les maux de têtes, toux et grippes, les maladies de peau, l’anémie, les diarrhées avec fièvres, les inflammations, les coliques, les méningites, les hoquets et les dyspnées, les désordres lipidiques ou l’urticaire.

Cependant il faut savoir que le processus de détoxification de la plante est indispensable à son utilisation.

Par exemple la partie à utilisée doit être lavée à l’eau, puis pressée en revenir dans du beurre clarifiée avant son incorporation future à une autre préparation plus complexe.

Au moins deux autres techniques de détoxification existent et peuvent être appliquées.

Dosage préconisé une fois purifié : 125- 250 mg.

Enfin, sa consommation excessive cause une faiblesse générale du corps, l’infertilité chez l’homme une perte des valeurs morales et une négligence comportementales importantes à prendre en considération avant tout usage.

Traduit et adapté de Bhava prakasha, Secrets of Indian Herbs, Journal of drug research in Ayurvedic sciences 2015 par Vd B Deschamps pour Heart of Ayurveda © tous droits réservés.

Cet article ne se substitue pas à une consultation médicale, ni à une consultation ayurvédique, pensez à consulter.

Recommended Articles

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :