téléphone

+33 752 12 2623

Email

vdbeadeschamps@gmail.com

Horraires :

Mer : 6-8 PM, Jeu, Sam : 3 - 7PM, Ven,Dim : 8AM-7PM

Quel vaste sujet que le gingembre (Zingiber officinalis) dans l’Ayurveda!

Les textes ayurvédiques considèrent deux formes de gingembre : le frais en tubercule et le sec, séché au soleil, puis réduit en poudre.

Dans les textes en sanscrit, il est défini comme celui qui procure de l’humidité sur la langue. Charaka Samhita (texte de référence) le considère comme le meilleur des tubercules.

Son goût sur la langue est piquant, et son produit après digestion est doux (selon la référence du répertoire de Bhava Prakasha).

Son énergie intrinsèque est chaude.

Le gingembre frais est accompagné des qualités suivantes : sec, pénétrant et lourd.  En conséquence, il agit, sur deux humeurs ayurvédiques : eau et terre, qu’il module et sur tous les plans; et air-ether qu’il augmente par son goût et sa qualité sèche, mais qu’il diminue par sa chaleur et sa lourdeur.

Il est apéritif en ce sens qu’il stimule l’appétit; il augmente le feu digestif au niveau central c’est à dire du tube digestif.

De plus, il dissout les matières fécales, sans activation des mouvements intestinaux, il peut donc être considéré comme un laxatif doux.

Le gingembre frais est aussi aphrodisiaque, il possède des actions anti-inflammatoires et analgésiques. En revanche, il n’est pas adapté aux personnes ayant une dominante de feu, en effet il possède des qualités similaires à ce dernier….

 

Le gingembre sec, lui, possède les attributions de légèreté ainsi que d’onctuosité. Il va également avoir un effet sur les deux mêmes humeurs ayurvédiques : eau-terre et air-ether et ayant une prédominance en élément feu, il assèche le corps.

Il rentre dans de nombreuses formulations ayurvédiques et aide à lutter contre les toxines accumulées dans certains cas.

Il est indiqué dans les nausées, voire les vomissements, les difficultés respiratoires, les douleurs importantes, certaines problématiques cardiaques, les oedèmes, les hémorroïdes, des cas d’arthrite rhumatoïde et les douleurs abdominales ou les flatulences. Il procure d’excellents résultats dans les cas de rhume, rhinopharyngiques et contre la toux.

 

D’un point de vue moderne, il inclut la substance active  la gingerine (gingerols et shogaols) et ne possède pas de contenu volatile pouvant être détruit à la chaleur. Il peut donc être chauffé ou cuit sans perdre tout ou partie de sa substance active.

Il reste judicieux de ne pas en abuser pendant la grossesse, s’il y a intolérance ou encore pendant les périodes de chaleur telles que l’été.

De plus, il est fortement contre-indiqué dans les cas de maladies de peau autres que l’urticaire, dans les cas d’ulcères ou de saignement internes ou externes.

 

Il peut facilement s’utiliser dans un thé aux épices frais lorsqu’il pleut en l’ajoutant en poudre dans le mélange. Il peut également être ajouté à une soupe de légumes claire, toujours quand il pleut ou quand les températures sont froides.

Extraits de Bhava Prakasha, Charaka Sahmita, le dictionnaire Monnier & Collins, cours de DU pharmacie, vd Beatrice pour Heart of Ayurveda © tous droits réservés.

 

Recommended Articles

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :