téléphone

+33 752 12 2623

Email

vdbeadeschamps@gmail.com

Horraires :

Mer : 6-8 PM, Jeu, Sam : 3 - 7PM, Ven,Dim : 8AM-7PM

En Ayurveda on utilise deux grandes lignes de traitement :

  • La pacification des doshas (humeurs ayurvédiques, vata pitta, kapha) samana.
  • La purification ou détoxification du corps shodhana.

Pour quelles raisons ?

Les doshas (humeurs ayurvédiques) pacifiés par les processus de purification ne réapparaissent jamais alors que ceux traités par les processus de pacification peuvent réapparaitre à tout moment. Caraka Samhita Sutrasthana 16/20

Pancha = cinq Karma = action, activité.

Il s’agit de l’acte de purification du corps par une ou les cinq thérapies suivantes :

-l’emesis ou vomissement thérapeutique,

-la purgation,

-le lavement du colon aux décoctions, 

-le lavement du colon aux huiles médicalisées,

-nasya l’élimination des doshas contenus de la cavité crânienne.

L’emesis et les quatre autres procédures sont les actions ayant les caractéristiques et la capacité d’éliminer les dosha du corps. Elles demandent une préparation préalable.

Nous parlons bien d’action de purification du corps, de nettoyage.

Pourquoi ?

Simplement parce qu’en « nettoyant » la cavité abdominale et en se re-alimentant correctement ensuite, on remet les compteurs à zéro au niveau de nos tissus constitutifs en restaurant notre capacité de digestion et d’assimilation. On nettoie et vide l’intérieur pour dans un deuxième temps mieux alimenter l’ensemble du corps.

Un petit rappel de physiologie nous montre que notre alimentation va venir constituer notre corps physique et mental couche après couche par les processus de fragmentation, puis d’assimilation du bol alimentaire.

Chaque pratique de purification demande une préparation préalable, sauf cas rares où les doshas sont à un tel niveau dans le corps que l’on procède à une évacuation immédiate.

La préparation de l’emesis et de la purgation se fait en plusieurs étapes dont une prise de ghee médicalisé ou d’huile par voie orale. Cette préparation dure en moyenne une à deux semaines.

Une fois la procédure passée, et en fonction d’un certains nombre de critères, le feu digestif est restauré par un régime alimentaire spécifique pendant plus ou moins une semaine.

C’est une période pendant laquelle on se repose, il est normalement interdit de voyager.

Chaque thérapie de purification fait l’objet d’une longue liste de conditions cliniques suivant lesquelles on l’applique. Il existe également un liste de contre-indications à respecter. Ces listes sont données par les trois textes fondateurs Charaka, Shushruta et Vagbhata aux chapitres concernés.

Les textes ayurvédiques mentionnent également ce que l’on doit observer à chaque étape par la personne qui vit le processus et les complications éventuelles.

En France aujourd’hui, les procédures de panchakarma telles que l’emesis, la purgation ou encore les lavements coloniques aux décoctions sont strictement interdites par la loi française et ce compte tenu des risques et des complications qui les accompagnent.

Nasya, l’élimination des dosha par le nez, peut être pratiqué sans complications majeures, par exemple au printemps où cette therapie est préconisée dans les textes. Il convient néanmoins de suivre les indications spécifiques du processus.

Quand faire un panchakarma ?

Lorsque l’on est en bonne santé, en fonction de la saison on vous proposera différentes thérapies adaptées.

Pour préparer la conception, toute l’année sauf pendant les saisons extrêmes : les périodes de fortes chaleurs ou de trop grands froids, appelées périodes extrêmes.

Si la condition clinique le nécessite, un panchakarma peut être fait toute l’année.

Où faire un panchakarma ?

Aujourd’hui en Inde, avec des médecins spécialistes en la matière. Ce qui veut dire un médecin ayurvédique ayant fait 3 années en spécialité panchakarma.  Différents endroits en fonction de la pathologie et du budget sont à privilégier.

Il faut compter autour de 3 à 4 semaines pour un traitement correct et efficace voir plus si on fait l’ensemble des procédures et du repos après.

Le budget est aussi important car il faut acheter les huiles, les plantes relatives au traitements, et payer les thérapeutes.

En général, un traitement de détoxification (panchakarma) se fait à l’hôpital ayurvédique.

Vous trouverez aussi d’autres procédure comme le shirodhara, le filet d’huile tiède qui coule sur le front, parmi les soins pratiqués dans le cadre d’un panchakarma mais pas uniquement. Ce soin est complémentaire des procédures pratiquées & ne constitue pas un traitement de panchakarma en lui-même.

Et vous? Avez vous déjà fait un panchakarma? Dites nous ce que vous en pensez?

Traduit et adapté de Charaka samhita, Ashtanga Hridaya et Ashtanga Sangraha par Vd B Deschamps pour Heart of Ayurveda © tous droits réservés.

Cet article ne se substitue pas à une consultation médicale, ni à une consultation ayurvédique, pensez à consulter.

Recommended Articles

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :