téléphone

+33 752 12 2623

Email

vdbeadeschamps@gmail.com

Horraires :

Mer : 6-8 PM, Jeu, Sam : 3 - 7PM, Ven,Dim : 8AM-7PM

 

Et voici de retour le printemps, avec la lumière et le renouveau de la nature. En Mars nous gagnons deux heures de lumière en plus!

L’Ayurveda se vit au fil des saisons, à chacune d’elle va correspondre un régime de vie spécifique.

Le ciel du printemps est caractérisé par la visibilité des constellations de Persée, du Taureau, d’Orion, du Grand Chien, des Gémeaux, du Cancer, de l’Hydre, de la Vierge et de la chevelure de Bérénice. On peut aussi observer cette année les planètes Mercure, Vénus, Mars, Jupiter et Saturne fin mars.

Le printemps est arrivé au moment du passage de la nouvelle lune de mi-mars (le 17 cette année). En Inde ce passage est marqué par la fête du Holika et en Asie par la fête du printemps, c’est le début d’un nouveau cycle.

Il arrive bien tard cette année et reste pour le moment froid et pluvieux. Cela s’explique par le passage de deux éclipses successives en janvier-février une de lune, puis une autre de soleil. Il semble donc que cette année le printemps ne commencera réellement que le 16 avril avec le nouveau cycle lunaire.

L’hiver a vu l’accumulation de l’eau et la terre, le cycle du printemps voit lui une liquéfaction de ces deux derniers éléments avec le retour de la chaleur.

Comme dans la nature avec les fonte des glaces et les crues des rivières, les éléments eau et terre de notre corps débordent.

Cela provoque plusieurs effets:

– une diminution du feu digestif et des processus métaboliques du corps. Excellents en hiver et stimulés par le froid, ces derniers tendent à ralentir le rythme.

– la liquéfaction et le débordement d’eau et de terre en  excès dans le corps à ce moment provoquent toutes sortes de rhinites, fièvres, et autres troubles saisonniers.

Les thérapies ayurvédiques recommandées par les textes sont l’emesis (le vomissement thérapeutique), les lavements coloniques alternés, la purification de la tête par les voies nasales (nasya).

Idéalement, il est recommandé d’éviter tous les aliments lourds, onctueux et froids par nature, par exemple : les concombres, le lait, les betteraves.

De même que les goûts acides et doux qui viennent encore accroître l’eau et la terre.

Les goûts à privilégier sont l’amer, le piquant et l’astringent, ainsi qu’une énergie plutôt chauffante, par exemple : le pissenlit, les asperges, le radis noir.

Les textes ayurvédiques proposent des préparations à base de farine de blé et d’orge, non fermentées.

Les viandes de pays secs et voir arides et plus particulièrement l’antilope, le lapin, la caille ou la perdrix sont recommandées.

Parmi les légumes les asperges, épinards, petit pois et légumes nouveaux sont à privilégier.

Le miel peut également être consommé en cette saison tant qu’il n’est pas chauffé ni au four ni avec une viande ou des légumes.

En effet, une fois chauffé le miel devient un poison pour le corps et tous les bénéfices qu’il apporte sont perdus.

Il faut être vigilant aux siestes diurnes qui sont néfastes en cette saison, provoquant elles aussi une augmentation de l’eau et la terre.

La pratique du sport est vivement recommandée, sans excès. A l’apparition de la sueur il convient d’arrêter la pratique.

Les massages à la poudre (udvartanam), massages avec les pieds, les fumigations et bains de bouches médicalisés ainsi que les collyres pour les yeux sont indiqués.

Tous les orifices du corps se lavent à l’eau tiède ou un peu chaude.

C’est une bonne saison pour profiter de la floraison dans les jardins et les forêts en famille ou simplement entre amis.

Les boissons alcoolisées sont conseillées pour la saison (sans excès) mais plutôt celles qui sont douces avec un faible taux d’alcool.

Petite recette d’Ashtanga Hridaya pour la saison : les eaux tièdes de gingembre ou de racine de pissenlit sont préconisées pour aider le feu digestif. Attention avec le gingembre, les personnes avec un feu digestif important ou excessif s’abstenir! De même pour les personnes dont la composante feu est déjà très marquée ou aggravée.

Les préconisations ci dessus ne sont peut être pas toutes très « actuelles » puisque tirées des textes ayurvédiques d’il y a plusieurs siècles.

Elles restent cependant pleines de bon sens et relativement faciles à appliquer.

Souvenons nous qu’à cette époque les chrétiens avaient le mois de carême durant lequel il était préconisé de manger léger….. pas d’oeufs peu de viande et rien de sucré, il y avait surement une raison judicieuse à tout ça.

Non pas uniquement celle de faire pénitence mais aussi simplement d’aider le corps dans son acclimatation à la sortie de l’hiver…..et d’alléger le pauvre feu digestif soumis à rude épreuve si il continue avec le régime d’hiver!

 

Traduit et adapté de Sushruta Samhita, Charaka samhita, Ashtanga Hridaya et Ashtanga sangraha par Vd B Deschamps pour Heart of Ayurveda © tous droits réservés.

Recommended Articles

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :