téléphone

+33 752 12 2623

Email

vdbeadeschamps@gmail.com

Horraires :

Mer : 6-8 PM, Jeu, Sam : 3 - 7PM, Ven,Dim : 8AM-7PM

En Ayurveda, la deuxième partie de l’hiver, appelée Shishira, commence normalement mi-janvier & se finit mi-mars avec la nouvelle lune et la fête du Holika.

Selon le calendrier ayurvédique, basé sur les cycles lunaires, l’année est découpée en deux semestres. La première partie de l’hiver, Hemanta, appartenant au premier semestre, voit une prédominance de l’élément eau ainsi que de la lune; les jours continuent de raccourcir jusqu’au solstice fin décembre, la lumière revient ensuite doucement jusqu’à mi janvier.

La seconde partie de l’hiver, Shishira, débute avec le second semestre de l’année,  et voit une prédominance du soleil et du vent, plus lumineuse puisque les jours commencent à rallonger graduellement dans l’hémisphère nord.

Il s’agit d’une saison  froide, avec un ciel plutôt nuageux, la présence de vent et de pluie; il convient donc de faire attention à toute aggravation des éléments Air-Ether dans le corps pendant cette saison.

Comment cela se traduit il? Simplement par le fait que ces deux éléments correspondent au vent et possèdent les attributions : froid, sec, rugueux, menu, subtil ainsi que le mouvement. Hors ces caractéristiques sont perceptibles pendant la saison et exacerbée dans notre environnement extérieur, donc l’augmentation d’un des attributs mentionnés ci-dessus, est susceptible de créer un déséquilibre plus rapidement dans le corps pendant l’hiver.

Concrètement, par exemple, toute pratique sportive excessive, des voyages à répétition ou une consommation de fruits secs en excès peuvent apporter des aggravations plus rapides dans le corps physique.

Il convient également de faire attention aux goûts à dominante épicée ou piquante, amère et astringente (par exemple : des épices fortes ou des plats épicés, des endives en excès, des châtaignes, du riz…..) pendant cette période et particulièrement aux énergies très froides (lait de coco, concombre, pastèque, melon….. qui d’ailleurs ne sont plus de saison). L’amère reviendra au printemps pour aider au nettoyage!

Le feu digestif central est à sa force maximale pendant cette saison et nécessite suffisamment de carburant pour fonctionner correctement. Si le feu digestif n’est pas alimenté comme il se doit durant cette période, il va très rapidement consommer les tissus constitutifs du corps donnant lieu à un refroidissement interne au corps, voire un assèchement ou une diminution des tissus constitutifs du corps dans certains cas.

Une solution consiste alors à manger plus lourd, plus onctueux, les goûts prédominants de cette saison sont doux (choux, carottes, patates douces, mâche, poireaux, céleri rave, panais, topinambours), acide (les agrumes sont mûrs en cette saison dans le  bassin méditerranéen), et salé, donc ajouter un peu plus de sel de roche par exemple, ou bénéficier des produits de la mer pour les autres.

Les viandes sont recommandées à la consommation en cette saison en particulier toutes celles qui ont grandi sur des terres humides comme la nôtre (le nord de la France et de l’Europe : chevreuil, cerf, sanglier, porc). On ira spécifiquement vers les animaux qui ont des terriers (type petits gibiers, lapin, grenouille…) ou qui arrachent de l’herbe ou qui chassent des proies (viandes bovines, moutons…).

Les textes préconisent par ailleurs, les liqueurs fraîchement préparées idéales en cette saison, le lait, le jus de canne à sucre, les huiles ou les farines issues de grains fraîchement moulus.

C’est la période adaptée pour faire de l’exercice physique (bien évidemment pas juste après un repas copieux et dans la limite des possibilités physiques de chacun), mais aussi pour les massages à l’huile, les onctions à l’huile chaude et autres bains, les sudations (comme le sauna après un massage à l’huile et selon les condition mentionnées dans les textes), les fumigations médicalisées, et l’activité sexuelle peut être pratiquée sans aucune restriction pendant les deux hivers.

Il est préconisé des bains à l’eau chaude ou au moins tiède, les matelas des lits doivent être épais et les couvertures et vêtements chauds sont de rigueur au moins jusqu’à la nouvelle lune de Mars.

Petites recettes de saison :

Les laddhus sésame mélasse de la nouvelle lune de janvier.

Ce dessert est facile à faire et préparé en Inde pendant les deux hivers, en particulier pour la fête à la pleine lune qui marque le passage entre les deux parties de l’année.

  • 1 tasse de graines de sésame blond,
  • ½ tasse mélasse ou jaggery,
  • une demi cuillère à café de cardamome verte pilée.
  • ½ tasse de noix de cajou ou d’amandes concassées.

Faire chauffer une poêle en fonte et faire revenir les graines de sésame à poële si elles n’ont pas revenu avant. Quelques minutes suffiront, ajouter les noix de cajou concassées ou les amandes vers la fin remuer. Ajouter la cardamome, mélanger et réserver à côté.

Mettre la mélasse dans la poêle et la faire fondre. Dès qu’elle est fondue prendre une goutte avec une cuillère à café et laisser glisser dans un verre d’eau froide. Si une boule peut être formée avec celle-ci, arrêter le feu.

Mélanger la mélasse fondue avec les graines de sésames, cajou cardamome.

Se graisser un peu les mains et former des boules avec de la taille d’une noix.

Disposer sur une assiette et servir.

Traduit et adapté de Charaka samhita, Ashtanga Hridaya par Vd B Deschamps pour Heart of Ayurveda © tous droits réservés.

Cet article ne se substitue pas à une consultation médicale, ni à une consultation ayurvédique, pensez à consulter.


Recommended Articles

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :